Archives Nouvelles

OPÉRATION TEMPÊTE AU CÉGEP DE SAINT-FÉLICIEN
OPÉRATION TEMPÊTE AU CÉGEP DE SAINT-FÉLICIEN
15 novembre 2017
Pour une 13e année consécutive, la Sûreté du Québec et le Cégep de Saint-Félicien ont organisé l'activité Opération tempête qui vise à vérifier l'état des pneus des véhicules des personnes fréquentant le Cégep...

Pour une 13e année consécutive, la Sûreté du Québec et le Cégep de Saint-Félicien ont organisé l’activité Opération tempête qui vise à vérifier l’état des pneus des véhicules des personnes fréquentant le Cégep afin de s’assurer que ceux-ci soient conformes aux normes en vigueur et adaptés à des conditions de conduite hivernale. L’opération permet également à la Sûreté du Québec de faire de la sensibilisation quant à l’obligation de munir son véhicule de quatre pneus d’hiver arborant le pictogramme du flocon entouré d’une montagne, et ce à compter du 15 décembre.

L’exercice a mené à une vérification sommaire de près de 350 véhicules automobiles stationnés sur les terrains du Collège. De ce nombre, 5 ont été identifiés comme présentant des éléments problématiques pouvant compromettre la sécurité des conducteurs et des passagers. Des suivis et interventions préventives seront effectués auprès des propriétaires des véhicules pour lesquels des problématiques significatives auront été constatées.

Au cours de l’avant-midi, les policiers ont tenu un kiosque d’information dans la Place centrale du Cégep de Saint-Félicien où de la documentation produite par la Sûreté du Québec, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et Transport Québec a été distribuée aux étudiants et au personnel de l’institution.

« L’Opération Tempête a vu le jour suite à une volonté manifeste des partenaires de mettre en œuvre une campagne conjointe afin d’améliorer la sécurité routière sur le vaste territoire couvert par le Cégep de Saint-Félicien, soit les deux MRC Maria-Chapdelaine et Domaine-du-Roy, de Péribonka à Lac-Bouchette. Cette opération s’ajoute aux initiatives mises en place depuis les dernières années, notamment avec l’ajout du transport scolaire sur l’heure du midi et le programme de bourses de la Fondation, a souligné M. Gilles Lapointe, directeur général du Cégep de Saint-Félicien. Ces actions cadrent très bien avec la préoccupation majeure et constante de notre Collège en matière de développement durable sur le territoire que nous desservons », a-t-il ajouté.

La Sûreté du Québec et le Cégep de Saint-Félicien tiennent à rappeler qu’il est important d’adapter la conduite de son véhicule automobile en saison hivernale (vitesse, distance de freinage, prudence accrue, etc.) pour tenir compte des conditions climatiques et routières plus difficiles qui prévalent à cette période de l’année.

Sur la photo, nous reconnaissons (de gauche à droite) l’agent Jimmy Bélanger, responsable du poste à Saint-Félicien, le sergent Claude Fortin, patrouilleur et la sergente Annette Charbonneau, relations communautaires.

UNE TOURNÉE D'INFORMATION SCOLAIRE « ENGAGÉE » POUR LE CÉGEP DE SAINT-FÉLICIEN
UNE TOURNÉE D'INFORMATION SCOLAIRE « ENGAGÉE » POUR LE CÉGEP DE SAINT-FÉLICIEN
10 novembre 2017
Parmi les premières institutions scolaires à s'associer à la Bourse du carbone Scol'ERE

Le Cégep de Saint-Félicien est fier d’annoncer qu’il s’associe à la Bourse du carbone Scol’ERE dans le cadre de sa tournée d’information scolaire 2017. Par ce geste, il devient une des institutions pionnières du milieu de l’éducation qui se distinguent en tant que Cégep Je compense. En effet, l’équipe du Service de l’information scolaire compensera les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à ses déplacements à travers la province par l’achat des Crédits carbone éducatifsMC.

La Bourse du carbone Scol’ERE est un projet d’éducation à l’écocitoyenneté qui permet la réduction et la compensation des émissions de GES pour une société plus durable. Le programme débute par un une formation de 10 heures sous forme d’ateliers et destinée aux élèves de niveau primaire. Par la prise de défis, ces derniers adoptent de nouveaux comportements et habitudes de vie écoresponsables avec leur famille. Chaque nouveau GESte réalisé par les familles est quantifié en émission de GES évitée (volet Je m’engage). Ces émissions peuvent ensuite être achetées sous forme de Crédits carbone éducatifsMC pour compenser leurs émissions (volet Je compense) et ainsi, financer le déploiement du projet et les ateliers en classe. Le volet Je m’engage est aussi accessible aux citoyens et aux organisations, une façon de s’engager tous ensemble et ainsi, encourager nos jeunes qui passent à l’action.

Le Cégep de Saint-Félicien est un leader dans le domaine de la formation environnementale avec son programme unique au Québec : Techniques du milieu naturel. Madame Sabrina Trottier, conseillère d’orientation au Cégep, a été l’initiatrice de cette implication avec la Bourse du carbone Scol’ERE, projet de la Coopérative Forêt d’Arden. Sillonnant le Québec depuis plusieurs années avec la tournée d’information dans le but de faire connaître les programmes d’études du Cégep de Saint-Félicien, notamment celui en milieu naturel offert dans une perspective de développement durable, elle a trouvé dans le projet de la Bourse une mission éducative en parfaite cohérence avec la vision de l’institution.

L’équipe du Service de l’information scolaire parcourt plus de 15 000 km par année dans le cadre de sa tournée d’information et déjà plusieurs initiatives responsables sont déployées, telles que le covoiturage avec les autres cégeps de la région du Saguenay−Lac-Saint-Jean. Son association au projet de la Bourse du carbone Scol’ERE est, pour le Cégep, un pas de plus vers la réalisation d’un réel mouvement collectif dans la réduction des émissions de GES.

Sur la photo : madame Sabrina Trottier, conseillère d’orientation du Cégep de Saint-Félicien qui affiche fièrement notre participation à la Bourse du carbone Scol’ERE.

Des étudiants du Nunavik au Cégep de Saint-Félicien
Des étudiants du Nunavik au Cégep de Saint-Félicien
31 octobre 2017
Le Service aux entreprises et aux collectivités du Cégep de Saint-Félicien a reçu la semaine dernière, des étudiants inscrits à son Attestation d'études collégiales - AEC : Guidage arctique au Nunavik.

Le Service aux entreprises et aux collectivités du Cégep de Saint-Félicien a reçu la semaine dernière, des étudiants inscrits à son Attestation d’études collégiales – AEC : Guidage arctique au Nunavik – une formation unique au Québec développée pour répondre aux besoins de ce vaste territoire touristique en émergence.

Élaborée en collaboration avec les partenaires inuits, dont la Commission scolaire Kativik et le Gouvernement Régional Kativik, cette AEC compte 1290 heures de formation échelonnée sur plus d’un an. La première cohorte d’étudiants a ainsi débuté au printemps 2017 et se terminera au printemps 2018.

Dans le cadre de leur formation, les étudiants ont réalisé un court séjour au Saguenay−Lac-Saint-Jean la semaine dernière afin de découvrir la région et quelques-uns de ses attraits touristiques. Leur première journée consistait à être accueillis par leur cégep et à visiter le Zoo sauvage de Saint-Félicien.

Leur accompagnateur, monsieur Lukasi Pilurtuut, mentionne : « Il s’agit, pour les étudiants, d’une formation unique qui respecte les valeurs inuites. En devenant des futurs guides touristiques, ils pourront à leur tour transmettre notre riche culture aux touristes qui visitent le Nunavik ». Pour sa part, madame Manon Gingras, directrice du Service aux entreprises et aux collectivités du Cégep de Saint-Félicien, indique : « Le Nunavik a les atouts pour développer son industrie touristique car les touristes rêvent d’en apprendre davantage sur leur culture. Nous espérons qu’au terme de la formation, chacun devienne un ambassadeur dans sa communauté pour promouvoir leurs traditions ! ».

L’AEC Guidage arctique au Nunavik prépare l’étudiant à guider et encadrer des groupes de visiteurs lors d'activités, d'excursions ou d'expéditions. À terme, les futurs diplômés seront par exemple en mesure de transmettre ces éléments : la géographie du territoire, le patrimoine, la langue, les traditions, les modes de vie ancestraux et actuels, les us et coutumes, etc.

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur est un fier partenaire de ce dossier. Il démontre ainsi la priorité qu’affirme le Cégep de Saint-Félicien et le Ministère à l’importance de la formation qualifiante sur leur territoire.

Sur la photo, nous retrouvons quelques étudiants du groupe 2017-2018 accompagnés par leur accompagnateur Lukasi Pilurtuut et leur enseignant en tourisme d’aventure, monsieur Yohann Moucheboeuf.

Tremplin vers l'internationalisation : Les 4 cégeps du Saguenay-Lac-Saint-Jean officialisent leur partenariat avec 13 établissements français membres du Snceel
Tremplin vers l'internationalisation : Les 4 cégeps du Saguenay-Lac-Saint-Jean officialisent leur partenariat avec 13 établissements français membres du Snceel
27 octobre 2017
Les cégeps du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont fiers d'annoncer la signature de plusieurs protocoles d'entente concernant la mise en place de partenariats avec 13 établissements français membres du Snceel, une organisation professionnelle de chefs d'établissement d'enseignement libre.

Les cégeps du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont fiers d’annoncer la signature de plusieurs protocoles d’entente concernant la mise en place de partenariats avec 13 établissements français membres du Snceel, une organisation professionnelle de chefs d’établissement d’enseignement libre. Il s’agit d’une première retombée de l’entente cadre, signée entre la Fédération des cégeps et le Snceel, en mai dernier.

Ces ententes reconnaissent l’intérêt de collaborer pour augmenter la mobilité des étudiants français et québécois et de multiplier les opportunités d’expérience internationale. Elles visent également à partager les diverses approches pédagogiques en formation technique supérieure, afin d’assurer des formations de haut niveau.  Elles couvrent plusieurs types de collaborations, tels que des projets de poursuite d’études, de mobilité étudiante et enseignante, de transfert d’expertise, ou de double diplomation.

C’est suite à une tournée de familiarisation qui a eu lieu du 23 au 27 octobre et qui comprenait la visite des cégeps de Saint-Félicien, Alma, Jonquière et Chicoutimi que les ententes ont été signées. « Notre séjour dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean nous a convaincu de la pertinence de proposer à nos étudiants l’opportunité d’aller étudier dans ces cégeps. Nous avons été séduits par l’accueil chaleureux et personnalisé, la qualité des programmes, l’approche pédagogique québécoise axée sur l’interactivité, les nombreux équipements ultramodernes et le dynamisme de la vie étudiante sur les campus. C’est une destination idéale pour se former et vivre une expérience internationale à coût raisonnable, grâce à l’entente Québec / France », explique monsieur François Gautier, chef d’établissement du Lycée des Rimains de Saint-Malo et responsable du projet Québec au Snceel.

De son côté, madame Josée Ouellet, directrice générale du cégep d’Alma et porte-parole des cégeps du Saguenay–Lac-Saint-Jean, est ravie de cette signature, qui va engendrer des retombées directes pour les quatre cégeps et la région.  En plus de faire connaître nos établissements en France, ces partenariats permettront l’internationalisation des programmes d’études, l’augmentation du nombre d’étudiants participant à des séjours à l’étranger et la mise en place d’une solution visant à combler les besoins de main d’œuvre qualifiée des entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean », conclue-t-elle.


Liste des établissements qui ont signé un protocole d’entente avec les 4 cégeps du Saguenay−Lac-Saint-Jean :

  • Lycée Jean Baptiste le Taillandier à Fougères (Bretagne)
  • Lycée Institution Sainte-Odile à Lambertsart (Hauts de France)
  • L’ensemble scolaire La Menais à Saint-Malo (Bretagne)
  • Lycée Saint-Aubin La Salle à Verrière en Anjou Cedex (Pays de la Loire)
  • Lycée École Jeanne d’Arc à Mulhouse (Grand-Est)
  • Lycée Bel Orme à Bordeaux (Nouvelle-Aquitaine)
  • Lycée Saint-Paul à Lens (Hauts de France)
  • Lycée Sainte-Anne à Brest (Bretagne)
  • Lycée Jeanne D’Arc à Rennes (Bretagne)
  • Lycée Saint-Sauveur à Redon (Bretagne)
  • L’ensemble scolaire Françoise Cabrini à Noisy le Grand (Île de France)
  • Lycée Saint-Clothilde à Strasbourg (Grand-Est)
  • Lycée Frédéric Ozanam à Cesson Sévigné (Bretagne)

 

À propos des cégeps du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Les cégeps du Saguenay–Lac-Saint-Jean (mesetudesaucanada.com) constituent un regroupement d’établissements d'enseignement supérieur public au Québec. Réputés pour son ouverture sur le monde et sa vision internationale, ces quatre établissements d’enseignement général et professionnel offrent plus de 45 programmes de formations variés, menant soit au marché du travail, soit à la poursuite d’études universitaires. Gestion, commerce, informatique, environnement, agriculture, soins vétérinaires, musique, arts & médias, services sociaux et éducatifs, secteur paramédical et domaine des technologies et de l’industrie, tout est disponible pour les étudiants internationaux.

 

Qu’est-ce qu’un cégep ?

Le cégep constitue au Québec le premier échelon des études supérieures, juste avant l’université. Il offre des formations variées, qui répondent aux normes internationales les plus strictes, et qui débouchent sur un diplôme d’État reconnu, le DEC (Diplôme d’études collégiales). Les programmes techniques sont l’équivalent d’un Bac +2 en France et permettent de poursuivre des études concrètes et pratiques, et de préparer les étudiants à intégrer le marché du travail.

Sur la photo : 
Rangée du bas de gauche à droite : Josée Ouellet, directrice générale du Cégep d'Alma , Isabelle Beauvillard, chef d'établissement du Lycée Sainte-Anne Eric Jacquot, chef d'établissement du Lycée Saint-Aubin La Salle de Verrières, Isabelle Derunes, adjointe à l'enseignement supérieur du Lycée Saint-Sauveur Marie Dubrulle, responsable des BTS au Lycée Saint-Paul de Lens, Marie-Françoise Haulbert, chef d'établissement du Lycée Saint-Sauveur, Fabrice Stengel, chef d'établissement du Lycée École Jeanne d'Arc de Mulhouse, Denyse Blanchet, directrice générale du Cégep de Chicoutimi  et Nathalie Landry, coordonnatrice du développement de partenariats internationaux Saguenay–Lac-Saint-Jean


Rangée du haut de gauche à droite : Antoine Deprecq, chef d'établissement du Lycée Institution Sainte-Odile de Lambersart ,Yanne Leprince, adjointe enseignement supérieure du Lycée Jeanne d'Arc de Rennes, Michel Chotard, chef de travaux du lycée Saint-Aubin La Salle de Verrières, Emmanuelle Desbiens, adjointe de direction au Lycée Saint-Paul de Lens,  Gilles Lapointe, directeur général du Cégep de Saint-Félicien, Bernard Tremblay, président directeur général de la Fédération des cégeps, Denis Duvernoy, chef d'établissement du Lycée Bel Orme de Bordeaux , François Gautier, chef d'établissement du Lycée Les Rimains de Saint-Malo, Eric Peron, adjoint de direction au Lycée Jean Baptiste le Taillandier  et Raynald Thibeault, directeur général du Cégep de Jonquière

Absents sur la photo :
Eric Hans, chef d'établissement du Lycée Sainte-Clotilde , Céline Colombo, directrice coordonnatrice de l'Ensemble scolaire Cabrini VIvien Joby, chef d'établissement et coordonnateur de l'Ensemble La Mennais et Michèle Coirier du Lycée Frédéric Ozanam.

Inauguration de la forêt nourricière
Inauguration de la forêt nourricière
20 octobre 2017
Le Cégep de Saint-Félicien, le Service Budgétaire de Saint-Félicien et l'organisme environnemental EURÊKO! ont procédé à l'inauguration de la forêt nourricière de Saint-Félicien sur le terrain du Collège.

Le Cégep de Saint-Félicien, le Service Budgétaire de Saint-Félicien et l’organisme environnemental EURÊKO! ont procédé à l’inauguration de la forêt nourricière de Saint-Félicien sur le terrain du Collège.

L’essence du projet, les différentes étapes de sa réalisation et son succès par la collaboration du milieu ont été les points abordés lors d’une conférence de presse afin de faire connaître le projet à la population. Une visite de la forêt nourricière par les étudiants en techniques du milieu naturel du Cégep a fait connaître les variétés qui ont été plantées et même savoir comment les utiliser en cuisine.

La forêt nourricière de Saint-Félicien, à elle seule, rassemble les missions des différentes organisations du milieu, d’où la force du projet. « Nous souhaitons que chaque citoyen s’approprie la forêt de façon à ce qu’il devienne le « propriétaire des lieux » dans le partage. L’accès est libre à tous et illimité. Nous avons confiance en la population. Par l’entretien et l’utilisation des lieux, les bénéfices se manifesteront par une récolte généreuse et abondante pour tous », assure monsieur Jean-Roch Laprise, président du conseil d’administration du Service Budgétaire de Saint-Félicien.

 « Dans la région, nous sommes le premier cégep à accueillir un aménagement si spectaculaire. Nous souhaitons que ce projet incite d’autres communautés ou institutions à mettre de l’avant des projets semblables », souligne madame Sylvie Prescott, directrice des études du Cégep de Saint-Félicien. De plus, quatre étudiants en Techniques du milieu naturel se sont joints à l’aventure où la forêt nourricière a été choisie comme projet d’études dans le cadre de leur cours de développement durable. « Nous sommes très fiers d’avoir participé à l’élaboration de ce projet innovateur qui, selon nous, a un très fort aspect écologique combinant le plaisir des découvertes savoureuses! », s’exclament Jessica, Yann, Louna et Raphaëlle, très impliqués dans le projet.

L'organisme régional "Eurêko" a amené l'expertise technique et a assuré la coordination du projet.  « Au total, ce sont 675 mètres carrés de gazon enlevé pour cultiver 750 végétaux comestibles vivaces, dont une soixantaine de variétés différentes », souligne Émilie Lapointe, chargée de projet. « De nombreux fruits, légumes, fines herbes, épices, fleurs comestibles et médicinales ainsi que des noix seront produits dans les prochaines années. L’objectif principal du projet est d’amener la population à s’approprier la forêt nourricière en prenant en charge son entretien et à bénéficier des récoltes. Les affiches et le guide éducatif produits permettront de connaître les variétés qui ont été plantées et de savoir comment les utiliser en cuisine », termine-t-elle.

La forêt nourricière de Saint-Félicien : ?

  • Plus grande forêt nourricière de la région
  • Soixante variétés de végétaux
  • Zone entièrement à saveur boréale
  • Un partenariat entre 7 organisations
  • Une fierté régionale
  • 135 bénévoles dans l’implantation de la forêt nourricière
  • 223 heures d’implication bénévole
  • 10 garderies impliquées
  • 3 institutions d'enseignement engagées (primaie, secondaire et collégial)

Sur la photo : les partenaires du projet de la forêt nourricière.

 

 

Victor Verreault reçoit une bourse de 2 000 $  dans le cadre du Programme de bourses Hydro-Québec  au sein de la Fondation de l'athlète d'excellence du Québec (FAEQ)
Victor Verreault reçoit une bourse de 2 000 $ dans le cadre du Programme de bourses Hydro-Québec au sein de la Fondation de l'athlète d'excellence du Québec (FAEQ)
22 septembre 2017
Victor Verreault, étudiant en Techniques de comptabilité et de gestion au Cégep de Saint-Félicien et athlète de haut niveau en vélo de montagne, a reçu une bourse de 2 000 $ dans le cadre de la 20e édition du Programme de bourses Hydro-Québec.

Victor Verreault, étudiant en Techniques de comptabilité et de gestion au Cégep de Saint-Félicien et athlète de haut niveau en vélo de montagne, a reçu une bourse de 2 000 $ lors d’une cérémonie organisée dans le cadre de la 20e édition du Programme de bourses Hydro-Québec au sein de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec le 20 septembre dernier.

En effet, Victor a remporté la bourse Persévérance qui valorise l’attitude exemplaire de l’étudiant-athlète lors de circonstances difficiles.

« 5e à la Coupe Québec de Charlesbourg en 2017, Victor est un cycliste très habile et endurant. Il s’applique à développer sa dextérité pour la mécanique de son vélo. Diagnostiqué avec un cancer du lymphome hodgkinien il a été forcé d’abandonner le sport temporairement afin d’entreprendre des traitements de chimiothérapie et une opération. Maintenant en pleine forme, il s’est remis à son sport et parmi ses objectifs à court terme, il souhaite prendre de l’expérience dans les rangs des U-23 cette année. Plus tard, Victor compte bien assurer la relève au sein de l’entreprise familiale spécialisée dans le transport de personnes ».

Le Cégep de Saint-Félicien félicite Victor et lui souhaite la meilleure des chances dans la poursuite de ses études collégiales et de son sport.

Sur la photo, nous reconnaissons, Victor Verreault en compagnie de madame Carolyne Hudson, conseillère dons et commandites chez Hydro-Québec. Crédit photo : Hydro-Québec.

 50e anniversaire du réseau collégial public  CÉGEP : 50 ANS D'ÉVOLUTION
50e anniversaire du réseau collégial public CÉGEP : 50 ANS D'ÉVOLUTION
29 août 2017
Réunis au sein de la Fédération des cégeps, les 48 collèges publics québécois donnent aujourd'hui le coup d'envoi des célébrations entourant le 50e anniversaire de la création des cégeps.

Réunis au sein de la Fédération des cégeps, les 48 collèges publics québécois donnent aujourd’hui le coup d’envoi des célébrations entourant le 50e anniversaire de la création des cégeps. C’est en effet en août 1967 que les douze premiers cégeps ont vu le jour, les autres collèges emboîtant le pas dans les mois et les années qui suivirent, pour finir par constituer le réseau des 48 établissements d’enseignement collégial public que nous connaissons aujourd’hui.

Fort d’un demi-siècle d’évolution, le réseau collégial public sera au cœur d’une série d’activités et d’événements qui se déploieront tout au long de l’année scolaire 2017-2018 pour mettre en lumière la contribution des cégeps à l’essor du Québec d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

« Le cinquantième anniversaire de la création des cégeps est une occasion unique de faire le bilan de ce réseau d’éducation supérieure issu de l’effervescence des années 1960. C’est une idée audacieuse qui, dès 1967, a donné naissance aux tout premiers cégeps jusqu’à former le réseau actuel des 48 cégeps que nous avons toutes les raisons de célébrer cette année. On peut dire aujourd’hui non sans fierté que les objectifs de la commission Parent à l’origine de la création des cégeps ont été atteints : démocratiser et laïciser l’enseignement supérieur partout sur le territoire, favoriser son accès aux femmes et offrir une formation générale commune à tous les étudiants accédant à l’enseignement supérieur. Comme l’ont démontré plusieurs analyses, les cégeps sont aussi devenus des acteurs importants du développement économique du Québec. Cette année anniversaire sera donc l’occasion pour les cégeps de célébrer ces grandes réussites, mais aussi de se projeter dans l’avenir, alors que le Québec n’a jamais eu autant besoin de travailleurs et de citoyens avec une formation adéquate, que celle-ci soit technique ou préuniversitaire », a indiqué M. Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps.
 

« Ambassadeurs » et « ambassadrices » pour les 50 ans des cégeps

Pour marquer le 50e anniversaire de la création des cégeps, chacun des 48 collèges publics a demandé à une personnalité — du monde des affaires, du domaine politique ou encore des milieux scientifique, culturel ou sportif — dont le passage au collégial a été déterminant, de témoigner à titre d’« ambassadeur » ou d’« ambassadrice » du cégep dont il ou elle est diplômé (e). Ces témoignages peuvent être visionnés à compter d’aujourd’hui sur la chaîne YouTube CÉGEP et seront diffusés à raison d’un témoignage vidéo par semaine durant toute l’année 2017-2018 sur le site lecegep.com ainsi que sur les médias sociaux.

 

Congrès et livre sous le thème du 50e

Les 25 et 26 octobre 2017 se tiendra, à l’Hôtel Le Concorde, à Québec, le congrès bisannuel de la Fédération des cégeps sous le thème « CÉGEP, 50 ANS D’ÉVOLUTION ». Cet événement constituera un moment phare des célébrations du 50e anniversaire et permettra de mobiliser les cégeps, ainsi que les autres acteurs de l’éducation et de l’enseignement supérieur au Québec, pour établir un bilan sur 50 années d’enseignement collégial public et pour réfléchir collectivement à l’avenir des cégeps. Ce congrès sera aussi l’occasion pour l’Association des cadres des collèges du Québec (ACCQ), en collaboration avec la Fédération des cégeps, de lancer un livre sous le thème des 50 années d’évolution des cégeps. Sous la direction de Mme Lucie Héon et de M. Denis Savard, professeurs à l’Université Laval, cet ouvrage rassemble un collectif d’auteurs qui traiteront plus précisément de 50 réussites parmi les plus marquantes accomplies par les cégeps en 50 années d’existence.

 

Concert unique à la Maison symphonique et à travers le Québec

Afin de célébrer les activités socioculturelles des cégeps qui contribuent à façonner le visage culturel et artistique du Québec depuis un demi-siècle, la Fédération des cégeps et l’Orchestre symphonique de Montréal présenteront le spectacle anniversaire L’OSM célèbre les 50 ans des cégeps le 30 novembre prochain, à la Maison symphonique, à Montréal. En compagnie d’anciens lauréats de Cégeps en spectacle, l’OSM soulignera ce 50e anniversaire en chanson, en humour, en danse et en musique classique. Une occasion d’entendre et d’admirer sur une même scène Catherine Major, Charles Richard-Hamelin, Vincent Vallières, Yann Perreau et Philippe Brach, entre autres, le tout sous la direction du chef d’orchestre Adam Johnson. Cet événement unique sera également retransmis en direct dans tous les cégeps grâce aux étudiants du programme Arts et technologie des médias (ATM) du Cégep de Jonquière.

 

Projet ÉducArt avec le Musée des beaux-arts

Dans le cadre des célébrations des 50 ans du réseau collégial public et de son programme ÉducArt, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a proposé à chacun des cégeps de choisir une œuvre d’art de sa collection permanente et de réaliser un projet créatif d’interprétation de l’œuvre en question. Plusieurs enseignants et étudiants ont répondu à l’appel et les fruits de leurs talents et de leur imagination seront mis en ligne à compter du 22 septembre dans la section ÉducArt sur le site Web du MBAM.

 

Campagne multiplateforme aux couleurs des 50 ans

Une campagne publicitaire multiplateforme accompagnera les célébrations entourant le 50e anniversaire des cégeps où plusieurs messages évoquant ce moment marquant qu’est le passage au cégep se rassembleront sous la signature « CÉGEP : 50 ANS D’ÉVOLUTION ». La campagne se déploiera sur diverses plateformes traditionnelles — affichage extérieur, publications imprimées, télévision — ainsi que sur le Web et les médias sociaux dès la rentrée et tout au long de l’automne. Pour en savoir plus au sujet de cette campagne aux couleurs des 50 ans des cégeps, et pour plus d’information au sujet du réseau collégial public, consultez le site lecegep.com, abonnez-vous à la page Facebook CÉGEP ou suivez le mot-clic #50ansCÉGEP sur Twitter.

Un peu d’histoire…

Dans un climat social marqué par une grande effervescence, poussé par la volonté collective de faire de l’éducation la clé du développement d’une société, le Québec a mis de l’avant de nouvelles idées, véhiculé une vision novatrice de l’État et proposé une série impressionnante de réformes en matière de santé, d’économie et surtout d’éducation. Cette volonté d’assurer l’accessibilité de l’éducation partout et pour tous a brisé bien des résistances et permis de faire entrer le Québec de plain-pied dans la modernité. C’est dans ce contexte que le gouvernement a créé les premiers cégeps, en prenant appui sur la recommandation des membres de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec (commission Parent). Tout à la fois idée audacieuse et fruit d’une réflexion sérieuse, cette recommandation a mené à la création d’un modèle offrant aux jeunes du Québec la possibilité d’acquérir, dans leur région, une formation complète en enseignement supérieur, leur permettant à la fois de se réaliser professionnellement, mais également de se développer comme citoyen à part entière.

En 1967, les 12 premiers cégeps — Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Collège Ahuntsic, Cégep de Chicoutimi, Cégep Édouard-Montpetit, Cégep de Jonquière, Cégep Limoilou, Collège Lionel-Groulx, Collège Maisonneuve, Cégep de l’Outaouais, Cégep de Rimouski, Cégep de Sainte-Foy, Collège Valleyfield — ouvrent leurs portes et suscitent rapidement une telle adhésion populaire que d’autres établissements viennent rapidement grossir les rangs du réseau collégial public au cours des années suivantes. Aujourd’hui, 48 cégeps établis sur l’ensemble du territoire québécois, avec les centres qui leur sont rattachés, pour un total de 96 points de service, accueillent chaque année plus de 170 000 jeunes et environ 25 000 adultes.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de services aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. www.fedecegeps.qc.ca.

 

Source : Fédération des cégeps

 

Lancement de la programmation 2017-2018 des Vendredis chauds
Lancement de la programmation 2017-2018 des Vendredis chauds
21 août 2017
Cinq spectacles mettant en vedette des artistes prometteurs attendent la population de Saint-Félicien et des environs cette année au Cégep de Saint-Félicien. En grande primeur également, le comité des Vendredis chauds et le Vieux couvent de Saint-Prime s'associent pour publier leur programmation res

Cinq spectacles mettant en vedette des artistes prometteurs attendent la population de Saint-Félicien et des environs cette année au Cégep de Saint-Félicien. En grande primeur également, le comité des Vendredis chauds et le Vieux couvent de Saint-Prime s’associent pour publier leur programmation respective.

Le lancement de la nouvelle saison et de la programmation 2017-2018 se fera lors du spectacle de Joseph Edgar le 15 septembre prochain. La population est invitée à 19h30, à la salle Azimut du Cégep de Saint-Félicien, pour un cocktail de bienvenue. Le spectacle aura lieu à 20h30, soit 30 minutes plus tôt que les années antérieures, et ce, afin de mieux répondre aux désirs de la population qui a été sondée au printemps dernier.

Autre nouveauté cette année, l’achat des billets pour les spectacles pourra désormais se faire en ligne dès la mi-septembre par le biais du site internet http://lesvendredischauds.cegepstfe.ca.

Outre Joseph Edgar, Pépé et sa guitare et Mathieu Cyr viendront présenter leur duo le 24 novembre prochain. Le 26 janvier, ce sera au tour de Projet Coyote puis suivra Laurence Nerbonne le 16 mars. Finalement, Tire le Coyote clôturera la saison le 6 avril avec le spectacle issu de son nouvel album à paraître cet automne.

L’idée de la publication commune des programmations avec le Vieux couvent a germée il y a deux ans et a pu se concrétiser cette année. L’idée est d’informer le public au sujet de tous les spectacles disponibles au cours de l’année 2017-2018 à la fois à Saint-Félicien et à Saint-Prime. « Ça ne sert à rien de fonctionner en vase clos alors que notre mission première est de faire vivre la musique et d’avoir une offre intéressante pour la population su secteur », rappelle Émilie Bergeron, technicienne en loisirs au Cégep de Saint-Félicien et responsable du comité des Vendredis chauds.

MÉLODIE CÔTÉ ET LÉA ST-PIERRE CASTONGUAY, ÉTUDIANTES EN TECHNIQUES DU MILIEU NATUREL, REMPORTENT UN PRIX AU CONCOURS NATIONAL « CHAPEAU LES FILLES! »
MÉLODIE CÔTÉ ET LÉA ST-PIERRE CASTONGUAY, ÉTUDIANTES EN TECHNIQUES DU MILIEU NATUREL, REMPORTENT UN PRIX AU CONCOURS NATIONAL « CHAPEAU LES FILLES! »
19 juin 2017
Deux étudiantes en Techniques du milieu naturel du Cégep de Saint-Félicien, Mélodie Côté et Léa St-Pierre Castonguay, ont remporté un prix au concours national « Chapeau les filles! » qui s'est déroulé le 12 juin dernier à l'Assemblée nationale.

Deux étudiantes en Techniques du milieu naturel du Cégep de Saint-Félicien, Mélodie Côté et Léa St-Pierre Castonguay, ont remporté un prix au concours national « Chapeau les filles! » qui s’est déroulé le 12 juin dernier à l’Assemblée nationale. En effet, Mélodie et Léa ont été honorées en recevant le prix « Environnement » du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et par le fait même une bourse de 2 000 $ chacune.

Le concours « Chapeau, les filles! » souligne la volonté et le travail des femmes inscrites à un programme de la formation professionnelle ou technique qui mène à l’exercice d’un métier traditionnellement masculin.

Mélodie Côté – Comme un poisson dans l’eau

Des mots comme « écologie des plantes » ou « lecture des paysages » sonnent comme une musique aux oreilles de Mélodie Côté. « Dans quel état léguerons-nous la planète?, s’inquiète-t-elle. Il y a urgence d’agir. » Leader née, elle s’investit dans son propre écosystème en siégeant au comité de protection de l’environnement du Cégep. Elle est aussi membre du comité femmes. « Les femmes accomplissent trop souvent des tâches invisibles. J’encourage les étudiantes à occuper le territoire. » Mélodie est fière de ses engagements… tout comme d’avoir appris à conduire une chaloupe à moteur pour aller inventorier la faune aquatique! C’est d’ailleurs le domaine où elle compte s’immerger une fois ses études terminées. Tant qu’il y aura des Mélodie pour prendre sa défense, le Terre peut tourner en paix.

Léa St-Pierre Castonguay – Coureuse des bois

Après des études en cinéma, Léa St-Pierre Castonguay n’a pu résister à l’appel du grand air. Elle s’est ainsi retrouvée dans le Nord-du-Québec, où elle a eu le coup de foudre pour la protection de l’environnement. « J’ai la nature à cœur et je veux pouvoir intervenir efficacement dans sa conversation », explique Léa. Au Cégep de Saint-Félicien, cette étudiante très engagée, reconnue pour son leadership et son professionnalisme, a raflé quelques distinctions. Elle est fière d’avoir caractérisé une zone destinée au camping dans le parc nationale de la Jacques-Cartier et d’avoir pris part à un projet de forêt comestible au Cégep. Son dada : la flore boréale. Impossible pour elle de randonner en forêt sans appeler les fleurs par leur nom latin!

Le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, M. Sébastien Proulx, et la ministre de l'Enseignement supérieur, Mme Hélène David, ont tenu à féliciter chaleureusement les lauréates de l'édition 2016-2017.

Plus d'une trentaine de prix ont été distribués, notamment les nouveaux prix Formation d'avenir, remis à une élève de la formation professionnelle et à une étudiante de la formation technique, toutes deux inscrites à un programme faisant partie du Top 50 des programmes d'études professionnelles et techniques, soit ceux offrant les meilleures perspectives d'emploi. Trois bourses ont aussi été remises à des membres du personnel scolaire pour leur travail de mentorat.

La direction du Cégep de Saint-Félicien félicite Mélodie et Léa et leur souhaite la meilleure des chances dans la poursuite de leurs carrières.

Sur la photo : Mme Nathalie La Violette, directrice de l’information sur le milieu atmosphérique au ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, remet les trois prix Environnement aux lauréates Savannah Caya-Trottier, Léa St-Pierre Castonguay et Mélodie Côté.

Photo : Brigitte Thériault – à Assemblée nationale du Québec (page officielle).

 

L'Escouade verte du Cégep de Saint-Félicien au Grand défi Pierre Lavoie
L'Escouade verte du Cégep de Saint-Félicien au Grand défi Pierre Lavoie
15 juin 2017
L'Escouade verte du Cégep de Saint-Félicien participera à la 9e édition du 1 000 km du Grand défi Pierre Lavoie du 15 au 18 juin en contribuant au développement du caractère écoresponsable de l'événement.

L’Escouade verte du Cégep de Saint-Félicien participera à la 9e édition du 1 000 km du Grand défi Pierre Lavoie du 15 au 18 juin en contribuant au développement du caractère écoresponsable de l’événement.

Cette année, l’Escouade verte du Cégep sera composée de quatre étudiants et de quatre enseignants du programme Techniques du milieu naturel. La gestion des matières résiduelles sera au cœur de leur mission écoresponsable.

L’Escouade verte sera présente au départ des cyclistes à La Baie où elle tiendra un kiosque d’information. Elle profitera également de l’occasion pour distribuer des sacs aux véhicules récréatifs utilisés par les différentes équipes afin de favoriser leur tri de déchets. Une fois le départ lancé, l’équipe du collège félicinois ira à la rencontre de bénévoles des villes qui accueillent le Grand défi pour leur donner une formation afin de maximiser le tri des déchets. Ces bénévoles accompagneront l’Escouade verte lors du passage des cyclistes et aideront à la caractérisation des matières résiduelles.

« L’implication des étudiants et des enseignants du programme Techniques du milieu naturel dans l’écoresponsabilité d’un événement d’une telle envergure n’est pas un hasard. Le Cégep de Saint-Félicien est un leader dans le domaine de la formation environnementale. Les étudiants en Techniques du milieu naturel intègrent les principes du développement durable tout au cours de leur parcours collégial, ils pourront maintenant mettre en œuvre leurs connaissances sur le terrain », a affirmé Mme Sylvie Prescott, directrice des études du Cégep de Saint-Félicien.

Une page Facebook a été créée pour rassembler l’ensemble des actions posées par la délégation du Cégep de Saint-Félicien dans le cadre du Grand défi. Vous pouvez suivre l’équipe et leur envoyer des mots d’encouragement en devenant ami de la page www.facebook.com/cegepstfeaugdpl

1
2 3 4 >